Monday, September 06, 2010


La récupération du Vril par le 3° Reich occulte

Avant de lire cet article paru dans le numéro 7 de la revue Undercover, il est nécessaire de rappeler que :

« Dans la légende, écrit Jean-Louis Bernard, le « pouvoir vert » ou « rayon vert » est la force cosmique fondamentale que l’« imposteur céleste » Lucifer aurait dérobé. Même légende outre-Atlantique, à propos de Gukup-Cakix, et chez les Hourrites de Cilicie, à propos de Koumarbi. Rayon de vie, le pouvoir phosphoros devint, à travers Lucifer, rayon de mort, car utilisé en dehors des lois d’harmonie universelle. »

L’eschatologie du Tantra de Kalachakra prophétise un terrible conflit qui sera provoqué par un pouvoir malveillant qui dominera la planète. Le bellicisme universel de l'ordre mondial ennemi du dharma sera-t-il fondé sur le vril noir, le rayon de mort luciférien ?

« C’est alors qu’éclatera une nouvelle guerre, qui ne sera pas limitée à notre planète puisque des forces extraterrestres interviendront dans les combats. Les massacres et les destructions dépasseront en horreur tout ce que nous avons connu jusque là. […] Au moyen d’armes puissantes inconnues, décrites comme des harpons et des roues célestes… » Le Tantra de Kalachakra http://www.buddhaline.net/spip.php?article97


Il est difficile de parler du VRIL et de l’énergie libre sans qu’on nous oppose l’exemple des nazis qui furent les premiers à expérimenter cette technologie avec succès.

On peut supposer que leur arsenal est soigneusement dissimulé en Amérique ou au Pôle Sud, en attendant que les nappes de pétrole soient à sec…

Le détournement de l’énergie libre par les nazis nous confirme que cette force ne doit pas être prostituée pour les besoins d’une société matérialiste.

Il demeure une question troublante : pourquoi le 3° Reich, en possession de ces engins redoutables pouvant facilement écraser les alliés, n’en a pas fait usage ?

Cela nous renvoie à la thèse de la fausse défaite des nazis, et de la victoire apparente des alliés.

Le présent exposé démontre que l’énergie libre était maîtrisée dès les années 30, mais que plus de 70 ans plus tard, tout le monde (surtout les Etats-Unis qui ont hébergé les savants allemands) fait encore semblant de l’ignorer.


Dans la ville de Vienne d’avant la première guerre mondiale, l’occultisme était une forme de théologie extrêmement populaire.

L’intérêt marqué pour les enseignements anciens et ésotériques entraîna l’émergence et la résurgence, de nombreuses confréries, doctrines et ordres.

Le point commun entre ces confréries consistait en leur obsession à planifier et préparer l’arrivée d’un nouvel “ âge d’or ”.

Hitler avait lu tous les ouvrages possibles sur le mysticisme et les sujets connexes. Il croyait que le monde devait être remodelé de manière à préparer le terrain à la naissance prophétisée d’une nouvelle Babylone.

De source sûre, Adolph Hitler avait lu l’ouvrage de Bulwer Lytton, intitulé The Coming Race (la race nouvelle), au sujet d’une race souterraine qui aurait possédé une technologie surnaturelle et qui, selon le roman, était destinée à régner sur la terre.

Ceci était probablement dû à sa fascination pour les légendes occultes – comme les traditions bouddhistes au sujet du monde souterrain nommé Agharta et les légendes hindoues évoquant une caverne reptilienne appelée Patala, etc.

Ce roman rendit Hitler fanatique au point de s’attendre en permanence à l’invasion imminente de la terre par les forces souterraines, et à préparer des alliances avec ces races de manière à pouvoir alors être associé à la domination de la planète.

Certains ont élaboré une théorie quelque peu inhabituelle, selon laquelle ces êtres souterrains seraient divisés en trois groupes principaux ; humains tels les sorciers, humanoïdes reptiliens qui seraient apparemment une rémanence des anciennes espèces de sauriens bipèdes de type raptor qui auraient réchappé à l’extinction de leur race en se réfugiant dans des réseaux de cavernes souterraines (littéralement des créatures de donjons & dragons...), et enfin, de petits frelons cybernétiques grisâtres.

C’était également l’époque des grandes découvertes et avancées de la science.

A Vienne en 1917, lors d’une célèbre entrevue, un médium, un pilote, deux occultistes, ainsi qu’un membre des Chevaliers de l’Ordre du Temple, échangeaient leurs vues au sujet du Nouvel Âge. Ils parlaient de leurs révélations et de la possibilité de contacter d’anciennes divinités germaniques et babyloniennes.

Il est possible que cette entrevue ait été à l’origine de la formation de la Société secrète de Thulé, qui elle-même engendra le Parti National Socialiste Allemand, les SS et les Sociétés du Vril.

Leur source de pouvoir était le “ Soleil Noir ”, une lumière intérieure invisible, toujours présente et toujours prête à livrer un pouvoir sans limites à qui en possède le secret. Le symbole du Soleil Noir est apparu dans de nombreuses civilisations anciennes, y compris la civilisation babylonienne.

La Société de Thulé, 1917.

La Société de Thulé a été fondée par trois hommes en 1917. Située à Münich, elle était le creuset de nombreuses obédiences. En 1921 Hitler fut pris comme orateur et, inspiré par les croyances de la Société de Thulé, échafauda son projet d’Empire millénaire.

La Société du Vril, 1919.

Certains groupes firent sécession. L’un d’eux devint la Société du Vril en 1919. Ce groupe comptait des médiums et des experts des philosophies et des manuscrits anciens, en particulier ceux des Sumériens et des Babyloniens. Il y avait également deux scientifiques très versés dans les énergies alternatives. Leur but était de réussir à communiquer avec les corps célestes du passé, voire même de voyager dans le temps.

La machine à voyager dans le temps,1922.

A partir de ces réunions, le groupe élabora un plan étrange pour utiliser leurs connaissances afin de construire une machine à voyager dans le temps. Celle-ci devait les transporter vers les confins de l’univers et du temps, et les amener devant les Dieux eux-mêmes.

Les expériences avec cette machine durèrent environ deux ans et on ignore ce qu’il en ressortit. Par contre, il est établi que cette étude servit de point de départ au développement de l’Unité de Pouvoir de lévitation du Vril. On pense que la machine fut testée en 1924, apparemment dans une usine allemande de Messerschmidt.

Rudolph Hess

Rudolph Hess était membre de la Société de Thulé et encouragea des scientifiques allemands à poursuivre leur étude des nouvelles technologies.

Viktor Schauberger

On pense que Viktor Schauberger, inventeur, fut associé à ces groupes ésotériques. Il perfectionna de nombreux prototypes d’engins volants sur la base de la théorie de la lévitation. La pierre angulaire de ses études n’était autre que la puissance électro-gravitationnelle et tachymétrique, la résonance harmonique et les proportions harmoniques.

On raconte que Schauberger aurait utilisé des formules mathématiques pythagoriennes secrètes, détenues par les Templiers, pour développer sa conception de l’implosion.

L’implosion est l’utilisation du potentiel de l’univers intérieur dans l’univers extérieur. Il fut stupéfait de constater à quel point cela pouvait être utile pour générer un pouvoir propre et sans limites. Ces secrets stimulèrent sa fascination pour les vibrations de l’univers.

Les études conduisirent également à la découverte de l’anti-matière et de ses applications dans le dépassement des forces de la gravité.

Hitler mit la main sur Schauberger et lui demanda de former ses proches collaborateurs sur ses découvertes.

Les frères Horten et “l’aile volante”

De nombreux dessins d’aile volante remontent à des modèles allemands, comme ceux des frères Horten dans les années 30.

L’un des plus grands appareils supersoniques delta de cette époque, était l’infortuné bombardier Valkyrie.

La Société du Vril et son disque volant – 1934

Au milieu de l’année 1934, la Société du Vril mit au point son premier engin volant en forme de disque mû par l’anti-gravité.

L’appareil RFC 1, fut conçu par le Dr Schuman et un ingénieur allemand.

Un film intitulé “ La Première Femme sur la Lune ”, ayant pour thème les voyages spatiaux, fut produit par la Compagnie Nationale Allemande du Film. Les recettes servirent à la construction de la première fusée spatiale, par une équipe dirigée par Von Braun.

Avant la fin de l’année 1934, la Société du Vril testait déjà l’appareil RFC 2, disposant d’un système de propulsion amélioré et d’une conduite à impulsion magnétique.

Les contours devenaient flous lorsque l’engin accélérait, et il émettait des lumières vives dont la couleur changeait en fonction de la puissance de l’appareil.

Ce n’est que quatre années plus tard que les allemands mirent en œuvre le déplacement supersonique.

Les SS, et leur toute nouvelle Société du Soleil Noir, témoignèrent de l’intérêt pour les travaux de la Société du Vril, et lancèrent des recherches sur les énergies alternatives.

A l’origine, leur but était d’acquérir l’indépendance énergétique vis-à-vis des pays fournisseurs de pétrole. La branche de l’organisation en charge de la recherche fut baptisée SS E4. La section SS E4 développa rapidement son propre appareil.

Le RFC-4 / HANEBU 1 – 1939

Vers la fin de l’année 1938, le RFC-4, un appareil circulaire à hélice, fut développé spécialement pour étudier le comportement en vol des appareils en forme de disque.

Le RFC5, ou Haunebu 1, affichant la bagatelle de 65 pieds d’envergure, vit le jour en 1939.

Il effectua son premier vol en Août.

A la fin de l’année 1940 un RFC2 fut utilisé pour des missions de reconnaissance.

Des réglages du Haunebu 2 (RFC 6) furent aussi réalisés. Cet appareil en forme de disque mesurait de 26 à 36 m d’envergure et entre 9 et 11m de haut.

En juillet 1941 fut conçu un appareil gyroscopique à réaction et décollage vertical. Les tests commencèrent à la fin de l’année 1942, mais le prototype souffrait de sérieux défauts de conception.

Le VRIL 1 – 1942

Au cours de l’hiver 1942, le Vril 1 (301) fut testé à l’aérodrome du Vril. C’était un monoplace avec une longueur hors-tout de 36 pieds. Trois canons dépassaient de sa coque.

Ceci conduisit au développement d’appareils plus communément connus sous le nom d’OVNIs. Parmi ceux-ci, le Bolenzo, le Shreiber et le Methe.

Les travaux sur le RFC 7t en forme de disque (plutôt que de soucoupe) commencèrent en 1942. A leur achèvement, l’équipe de scientifiques se réjouissait d’avoir conçu un engin léger à la fois fiable et fonctionnel.

Les SS avaient aussi prévu semble-t-il, de construire un vaisseau spatial de type Haunebu de grande taille, d’un diamètre de plus de 400 pieds.

Selon certaines rumeurs ils auraient également testé avec succès le Haunebu 3 d’une longueur de 230 pieds.

Il s’agissait de vaisseaux-mères capables de transporter de nombreux petits Haunebu.

En décembre 1942 au-dessus de la France, un pilote de la Royal Air Force aux commandes d’un avion intercepteur Hurricane, vit deux sources lumineuses proches du sol lui tirer dessus alors qu’il volait à une altitude de croisière de 7000 pieds.

Au début il prit ces lumières pour des feux traceurs (des positions ennemies). Mais lorsqu’elles se mirent à monter et à le suivre, en reproduisant la moindre des manœuvres qu’il exécutait afin de fuir, le pilote réalisa qu’elles étaient contrôlées par un être doué d’intelligence. Les lumières, qui restaient à une distance constante l’une de l’autre, le poursuivirent pendant quelques miles.

Opération Alderbaran – 1943/44

La Société du Vril se réunit en 1943 et mit au point l’Opération Alderbaran.

Des occultistes prétendaient avoir reçu des informations à propos d’un système planétaire habité par les Dieux. Ils disposaient même de cartes de ces paysages lointains.

Les Sociétés du Vril et de Thulé croyaient que le système solaire Alderbaran était distant de la terre de 68 années-lumière.

Le soleil, Alderbaran, était entouré de deux planètes habitées.

Les deux ensemble composaient l’Empire Sumérien (sur le plan céleste).

Les 3 et 4 janvier 1944, une entrevue a eu lieu entre Hitler et Himmler au sujet de la Société du Vril et de leur projet de construction d’un tunnel qui serait indépendant de la vitesse de la lumière, et pour le lancement d’un vaisseau spatial au travers de ce tunnel en direction d’Alderbaran.

Certains prétendent même qu’un voyage temporel réussi avait déjà eu lieu, au cours duquel les allemands avaient été transportés à l’intérieur de leur appareil, au temps de Babylone, et avaient été accueillis comme les “ Dieux Blancs ” des anciennes légendes sumériennes et babyloniennes.

Les Foo Fighters

Les Foo Fighters faisaient léviter des globes lumineux, d’environ un mètre de diamètre, qu’ils faisaient franchir silencieusement les lignes de chasseurs et de bombardiers alliés et nazis durant la 2° guerre mondiale. Ceci ne fut jamais officiellement expliqué.

Le 29 septembre 1944, à 10:45 du matin, un pilote d’essai testait un nouveau Messerschmitt, ME 262 Schwalbe, lorsque deux points lumineux sur sa droite attirèrent subitement son attention.

Il se rua à pleine vitesse dans cette direction et se trouva nez à nez avec un objet cylindrique, de plus de 300 pieds de long, avec des ouvertures latérales, et équipé de longues antennes situées à l’avant et mesurant près de la moitié de sa longueur totale. S’étant approché à une distance de 1500 pieds, le pilote fut stupéfait de constater que cet appareil se déplaçait à près de 2000 km/h.

Le Foo Fighter était en réalité un prototype émasculé, sa mission étant de voler près des appareils ennemis et de dérégler leurs instruments de navigation et de communication. Les allemands connaissaient l’appareil sous le nom allemand de “ tortue ”, en raison de son apparence au sol.

En novembre 1944, le lieutenant Schlater, pilote de l’US Air Force, prétendit avoir vu des boules de feu rougeoyantes danser tout près de son fuselage.

Le 14 décembre 1944, l’existence des Foo fighters fut divulguée au monde entier lorsqu’un communiqué de Reuters sur le phénomène parut dans le New YorkTimes.

Dans “ Document OVNI ”, de Don Berliner, Whitley Strieber décrit une confrontation de la façon suivante: 1944, un après-midi sur le Nord de l’Italie, lumière vive, ciel dégagé. Des bombardiers américains arrivent sur la plaine du Po, ayant pour mission d’attaquer les positions défensives allemandes. En bas, la Luftwaffe envoie quelques Me-109.

Alors que les chasseurs allemands sont en phase d’ascension, les pilotes remarquent des boules lumineuses rougeoyantes juste à l’extrémité des ailes. Au même moment, les aviateurs américains remarquent le même phénomène – des boules lumineuses qui font irruption au beau milieu de leur formation.

Les pilotes des deux côtés regardent ces objets avec attention. Tous pensent à une sorte d’arme secrète à tête chercheuse. Les pilotes se plaignaient régulièrement de problèmes de combustion lors des confrontations avec ces Foo Fighters.

Harry Truman mandata le général Jimmy Doolittle pour enquêter sur les Boules de Feu Volantes allemandes, ou Foo Fighters, pendant la deuxième Guerre Mondiale.

Cet officier rapporta que ces Foo Fighters étaient bien réels, mais n’étaient pas issus de la technologie allemande et étaient vraisemblablement d’origine extraterrestre.

L’ancien pilote Wendelle Stevens déclare que les foo fighters ne pouvaient ni être abattus ni semés par les appareils. Les Foo Fighters imitaient les manœuvres des avions de combat et les pilotes de l’Air Force ne pouvaient pas les déloger. Stevens ajoute que les premières apparitions de Foo Fighters remontent à 1942.

On pense que l’appellation de Foo Fighter vient d’un personnage de dessin animé, nommé Smokey Stover, qui disait tout le temps : “ Là où il y a du foo, il y a du feu. ”

Quelqu’un a appelé ces boules de lumière Foo Fighters et le nom est resté (les aviateurs américains les surnommaient également Kraut Balls (les “ boules des Fritz ”).

L’ex-agent de la CIA, Virgil Armstrong, a établi qu’à la fin de la seconde Guerre Mondiale, Hitler et les SS étaient en possession d’au moins deux “ soucoupes volantes ” Hanebu totalement opérationnelles.

L’une d’elles était capable de réaliser des pointes de vitesse à 1200 miles à l’heure, des changements de direction à 90°, et des décollages verticaux. Armstrong rapporta que la deuxième pouvait aller deux fois plus vite, et qu’elle était pourvue en sa partie basse de pistolets laser capables de transpercer une épaisseur d’armure de quatre pieds.

La Machine Andromède

Vers la fin de la guerre, les SS construisirent la Machine Andromède, une station spatiale pour OVNIs. Elle utilisait le Système de Gravitation du Vril.

Le V7 – 1945

Le 17 avril 1945, Hitler fut informé qu’un autre appareil, le V7, avait été testé au-dessus de la Baltique. Le V7 était un hélicoptère supersonique doté de 12 moteurs turbo BMW.

Il fut mis en marche selon un circuit peu conventionnel et atteignit l’altitude de 80000 pieds dès son second vol.

Il existe des preuves amplement suffisantes qui permettent de démontrer que des milliers de Nazis purs et durs se sont introduits aux Etats-Unis, et ont infiltré tous les niveaux de la structure de renseignements militaires et industriels, que les Rockefeller dirigeaient pour l’essentiel tout en graissant la patte aux présidents états-uniens pour qu’ils contrecarrent les pouvoirs du Congrès [par veto, mandats exécutifs, nomination plutôt que l’élection des cadres des principales agences, et la création de plusieurs agences secrètes opérant sous des classifications de “ sécurité ” auxquelles les membres les plus influents du Congrès n’avaient pas accès].

D’autres sources parlent de Nazis “ Antarcticains ” qui auraient infiltré en profondeur les réseaux de grottes et d’anciens tunnels laissés par les Lémuriens et Atlantéens, situés sous la partie occidentale des Etats-Unis.

De vieux journaux du Nouveau Mexique, datant du début des années 40, évoquent la recrudescence de “ touristes ” allemands qui “ colonisaient le Nouveau Mexique ”, visitant les grottes et les mines, s’appropriant de nombreux biens fonciers, et s’engageant dans d’autres types d’activités pour le moins étranges...

Opération Paper Clip et Werner Von Braun – 1945

Le 15 Août 1945, le Président américain Harry Truman, délivra un mandat officiel et en mars 1946, commença la collecte de documents allemands relatifs à l’étude sur les nouvelles technologies.

L’opération, connue sous le nom de 'Paper Clip', était en fait un paravent destiné à faire venir des scientifiques allemands aux Etats-Unis afin de développer un ‘système d’armes miracle’. Ce groupe était dirigé par Werner Von Braun.

Dr. Herman Orberth

Von Braun était un ancien disciple du grand pionnier de l’espace, le Dr. Herman Orberth. Orberth, considéré comme l’un des trois pères de l’ère spatiale, passe pour avoir soutenu la thèse de la relation extraterrestre.

Il a en effet déclaré : “Nous ne pouvons pas nous prévaloir d’avoir réalisé tout seuls les progrès accomplis dans certains domaines scientifiques ; nous avons été aidés”. Lorsqu’on lui demanda “par qui ?”, il répondit simplement “des êtres d’autres mondes”. (Extrait d’Alien Liaison).

En 1954, Orberth écrivit, “Je prétends que les OVNIs sont des vaisseaux spatiaux d’un autre système solaire. Je pense qu’ils sont vraisemblablement pilotés par des observateurs intelligents membres d’une race qui fait des recherches sur notre planète depuis des siècles. Ils utilisent probablement Mars ou une autre planète comme base-relais.

En 1955, Von Braun invita le Dr Orberth aux Etats-Unis où il travaillait sur des fusées en relation avec l’Agence de Balistique des Missiles de l’Armée, et plus tard avec la NASA.

Von Braun était le cerveau de la réalisation du premier satellite américain, Explorer 1, inauguré le 1 janvier 1958, et le programme de conquête de la lune était largement basé sur les recherches du scientifique nazi.

Les bases ‘spatiales’ nazies sur la lune et les grandes bases nazies en Antarctique.

Cependant peu de gens réalisent que la propulsion des fusées, sans compter la propulsion antigravitationnelle, faisaient partie intégrante des programmes spatiaux nazis. Les Nazis auraient-ils pu mettre le pied sur la lune avant les américains ? Quoi qu’il en soit, des rumeurs font état de bases ‘spatiales’ nazies sur la lune...et également de grandes bases nazies sous les montagnes de Neu Schwabenland (la Nouvelle Souabe) en Antarctique...

L’amiral Byrd au Pôle Sud à la recherche de disques nazis

A la fin de la guerre divers récits tentèrent d’expliquer ce qu’il était advenu des disques volants des nazis. Une rumeur prétendit que l’un de ces disques avait été sabordé au fond d’un lac autrichien.

Les théories les plus répandues soutenaient que ces disques avaient été acheminés dans le plus grand secret dans des régions peu accessibles d’Amérique du Sud, et plus particulièrement en Antarctique. Certains prétendent même qu’il existe une base allemande pour OVNIs dans l’Arctique.

On notera cependant avec intérêt que les Alliés, sous le commandement de l’amiral Byrd, organisèrent une opération en Antarctique. 30 sous-marins allemands croisant dans la zone de la Baltique étaient portés manquants à la fin de la guerre. Ils disposaient d’un système d’immersion prolongée leur permettant de séjourner sous l’eau jusqu’à plusieurs semaines d’affilée. On peut supposer que ces U-Boots aient servi à mettre la technologie allemande en lieu sûr.

4000 soldats, un navire de guerre, un porte-avions et une équipe de soutien logistique envahirent le continent gelé. On rapporte que ces forces armées auraient disposé de 8 mois et d’un soutien financier inconditionnel pour mener à bien l’opération.

Mais celle-ci tourna court et fut abandonnée au bout de huit semaines après la perte de nombreux avions.

L’amiral Byrd expliqua qu’au cas où une nouvelle guerre mondiale venait à se produire, il faudrait s’attendre à faire face à des engins volants capables de passer d’un pôle à l’autre.

Source : Undercover n°7


No comments: